Note persuasive

C’est fou hein, comme le simple rappel d’une loi peut changer un point de vue !

Il y a seulement 24 heures, je m’affairais à ordonner mes remarques sur le défilé du Carnaval du Cap. Ayant fait un bilan des méringues, je sentais l’obligation de proposer également un rapport du défilé.

Puis, j’ai reçu sur le flux d’un des nombreux réseaux sociaux auxquels je suis abonné un lien vers une note du ministère de la justice. Le ministre de la Justice disait sentir «le devoir de rappeler à tout un chacun que la législation pénale haïtienne [punissait] sévèrement la diffamation, les menaces et les incitations à la violence.»

En soit, il n’y a avait rien d’anormal dans le contenu de la note qui ne faisait que reprendre un texte de loi toujours en vigueur. Mais le timing, lui, a fait toute la différence.

Quand ça arrive à quelques heures d’un défilé de carnaval où déjà les méringues les plus mordantes contre la gouvernance sont écartées du parcours, ça ne peut laisser indifférent.

Et moi qui d’habitude ne lâche pas facilement mes positions, j’ai vite revu ma copie. Et sans contrainte hein ! Je vous l’assure. Mais avec une copie de cette note à portée de main, les choses me sont apparues sous un autre jour :

Je n’ai plus aimé les méringues qui critiquaient le gouvernement. J’ai trouvé le défilé d’une telle créativité et d’une sublime beauté. Les déguisements inédits m’ont scotché à mon petit écran. J’ai même regretté n’avoir pas fait le déplacement. Si j’ai retrouvé mon lit avant minuit, c’est uniquement parce qu’à cette heure-là, tous les groupes avaient déjà terminé leur tour; puisque pour la première fois depuis des lustres, le cortège s’était ébranlé à l’heure fixée.

Et oui ! Depuis le temps que je réclamais un défilé digne de ce nom, le carnaval avait enfin «atterri». Wow ! Quelle expérience ! J’ai passé un joyeux Carnaval.

Merci à celle ou celui qui a eu cette géniale idée. Une petite note, je «fais un petit accroupi» et «je plis mon corps». Bagay move !

Dommage que pour d’autres la note soit arrivée trop tard. Il aurait fallu la distribuer avant la diffusion des premières méringues et en remettre une copie à chaque journaliste et reporter devant couvrir le défilé. Je vous assure qu’on aurait pu avoir un carnaval rivalisant avec celui de Rio.

Mais bon, rien n’est encore perdu. On se rattrapera en Juillet ou l’année prochaine aux Gonaïves. Ah ! Une note comme celle-ci aux Gonaïves…cela sera tout un symbole.

Tilou

perception-31

3 commentaires sur “Note persuasive

  1. vaut mieux un heureux carnaval qu’un triste. mais n’oublie pas, la religion, le foot, et le carnaval sont l’opium du peuple… et quand l’état se prete au jeu…
    Quant à rio, attend mon article la semaine prochaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *