28 septembre 2013

Moun Peyi m

Le mot «pays» sur les lèvres d’un Ayitien ou d’une Ayitienne n’a pas toujours le même sens. Si, certaines fois, il désigne bien cet état membre fondateur de l’ONU que nous sommes, ce n’est pas toujours le cas.

La plupart du temps, quand un Ayitien en Ayiti vous parle de «peyi m», il fait plutôt référence à la ville la plus proche de la province où il a grandi, ou même le bourg qui l’a vu naître.

Ainsi, lorsque le premier jour de classe, l’écolier raconte à ses copains qu’il a passé les vacances «nan peyi l», n’allez pas croire que c’est une façon pour lui de dire qu’il n’avait pas voyagé. Suivant qu’il se définit comme moun Okap, Okay ou Titrivyè, il aura donc fait un séjour au Cap-Haïtien, aux Cayes ou à la Petite-Rivière de l’Artibonite (ou des Nippes).

Je vous imagine sourire…Vous vous dites que ce n’est pas bien méchant tout ça !? Et pourtant ! L’utilisation de ce mot est révélatrice de la distance que nous entretenons entre nos communautés, grand critère de discrimination entre nous.

Suivant la région dont vous êtes originaire, vous serez taxés d’attitude, de réflexe ou de cultures plus ou moins flatteurs.

Ainsi, les Capois sont réputés pour être des gens de caractères. Ils sont fiers. Toujours prêts à se réclamer de leur cité Christophienne* (Ils devraient pourtant avoir honte de ce qu’ils en ont fait !). Mais, on leur connaît aussi un coin vulgaire. Goujats, ils auraient le plus souvent un langage pas trop raffiné.

Les Cayens eux, ont une solide réputation de tenir à leur lit. Non, pas au sens figuré (euh…peut-être aussi d’ailleurs), mais bien le lit. Celui sur lequel ils dorment. Il semblerait que le premier acte que pose un Cayen qui emménage avec une compagne, c’est de fixer le lit au sol. Avec du ciment, en plus. Ce serait, pour éviter toute surprise en rentrant un soir. Que la dame se tire, ce ne serait pas bien grave, mais qu’elle emporte le lit : Pas question !!!

Évidemment, ça implique aussi que les Cayennes auraient la fâcheuse habitude de se casser avec leurs lits.

Les moun Jeremi sont peu aimés comme locataires. Il parait que le Jérémien fait emménager chez lui, un parent chaque mois. (Je me dis que s’il y a encore des habitants à Jérémie, c’est qu’ils doivent vraiment se reproduire plus rapidement que les autres 😉

Il y a aussi des étiquettes communes à plusieurs peyi. (Bon à part le fait que certains pensent que Tout ayisyen se vòlè !). Les Gonaïves (et même toute l’Artibonite) et Jérémie seraient les plus grands bastions de Lougarou. On n’arrive toujours pas à les départager.
Certes, pour ce qu’il en est de fétichisme, tout le pays regorge de talents. Par exemple, il semblerait qu’à Léogane il ne reste plus grand monde au-dessus de 40 ans. Parce que les plus jeunes auraient pris pour habitude de faire zombifier leurs parents pour la moindre réprimande. (Pas mal, quand même !).

Malgré cela, Les Gonaïviens et les Jérémiens semblent intouchables (Lougarou pase yo, nan pwen !). Ils sont comme les équipes du Réal et de Barcelone dans le championnat d’Espagne de foot : Les autres ont beau faire ce qu’elles peuvent, le titre ne pourra revenir qu’à l’une ou à l’autre.

Évidemment, je ne pourrai pas lister ici tous les traits attribués à chaque zone. Ils sont si nombreux. Même que certains, notamment ceux concernant les femmes, sont un peu trop irrespectueux.

Et puis, entre nous, rien de tout ça ne peut être vrai. Enfin pas que ces comportements n’existeraient pas. Mais les mauvaises mœurs et les bonnes attitudes se rencontrent partout. Alors, je n’accorde que peu de foi à ces clichés. Se pawòl moun peyi m, alors je les entends, j’en ris…et je désapprouve.

Tilou

*Du nom de Henri Christophe, homme politique qui régna sur la région

Partagez

Commentaires

Osman
Répondre

Même s'il s'agit des choses qui nous sont familières, mais la saveur particulière ajoutée a chaque cliché rend la chose plus plaisante. Ou pa di moun ki peyi w ye:)

Tilou
Répondre

Tu ne m'auras pas! M se moun peyi a :-)

Lyneda
Répondre

Di nou non Tilou, ou se nèg ki peyi? Je parle des pays qui sont a l'interieur d'Haïti!

Tilou
Répondre

Mwen se moun tout Peyi nan peyi a ;-). Tu ne m'auras pas non plus Lyneda . NOu bezwen met afè m deyò :-))

Wolf Quiet Boy Quiet
Répondre

il fallait dire moun ki peyiw ye, j'adore le billet c'est meme trop cool. mw ri jis mw bouke men mpa simante pye kabann.

Tilou
Répondre

Merci d'apprécier WQBQ. Ça fait plaisir. Kenbe la

Osman
Répondre

N'a-t-on pas toujours dit: "Qui s'excuse, s'accuse" ? Patizan yo pa pete moun nan prizon pou simante pye kabann non. Afichew frem.

Tilou
Répondre

Ou remake musyeu on jan suspèk tou Osman? :-))) En plus mwen di ke mwen pa kwè bagay sa yo wi...Wolf: ou komanse fè m'anvi doute wi :-)