12 mesures pour l’éducation. Bravo? Pas si vite!

Le Ministre de l’Éducation nationale est passé à l’offensive, il y a quelques semaines. Sa cible : le laisser-aller du système éducatif ayitien. Trop d’écoles fonctionnent sans structure, sans instituteur qualifié… Trop de dépenses de l’État pour des examens officiels dont la valeur baisse d’années en année.

Le Ministre de l'Education Nationale Nesmy Manigat
Le Ministre de l’Education Nationale Nesmy Manigat | crédit Photo: www.radiotelevisioncaraibes.com

Pour y remédier, Monsieur le Ministre a donc proposé plusieurs mesures dont l’annonce a entrainé des réactions positives et lui ont même valu des félicitations.

Pour ma part, je ne trouve aucun motif de réjouissance dans cette annonce.

D’abord parce qu’elles ne sont présentées que comme des idées. Si études il y a eu, je n’ai pas eu vent de leurs divulgation ni de leur disponibilité en un quelconque endroit. Établir une liste de mesures est une chose. Que l’application de ces mesures soit étudiée, planifiée et budgétisée convenablement en est une autre. La « supervision d’écoles par un comité de gestion des enseignants » ne veut pas dire grand-chose si le rôle de ce comité ainsi que ses tâches pratiques de gestion ne sont pas énoncées. C’est de belles idées, peut-être, mais ça reste des idées.

Ensuite, parce que la plupart de ces idées, même appliquées, ne sauraient en elles-mêmes, constituées de mesures pour mettre de l’ordre dans le système. Ce n’est pas le « permis de fonctionnement » de l’école qui importe, mais les critères pour en bénéficier et le mécanisme actionné pour l’obtenir. Une licence que les professeurs pourraient se procurer par « rakèt», si ancré dans notre culture étatique, empirerait la situation.

Enfin parce que certaines des mesures semblent privilégier l’économie au véritable rehaussement de l’instruction ayitienne. Supprimer des Examens officiels inutiles ? C’est bien. Les épreuves de Baccalauréat sur deux années qui se suivent n’avaient vraiment pas de sens. En supprimer juste pour économiser de l’argent ? C’est dangereux. La preuve : La suppression des examens du certificat est une erreur grave. En résultera bien plus d’élèves à atteindre la 9e année fondamentale sans avoir le niveau requis. Les écoles «borlettes» se feront la part belle du sacrifice des parents qui sauront seulement après la 9e année que leur argent aura été mal dépensé. Dans l’état de notre système, plutôt que de reculer la première évaluation officielle, il aurait été même plus judicieux de l’avancer.

Loin de moi, cependant, l’intention d’être négatif. Je ne dis pas que les mesures annoncées seront inutiles ou que le Ministère ne saura pas les appliquer. Je mets simplement en garde contre tout euphorie exagérée pour certaines idées dont les mesures d’application sont encore inconnues et d’autres qui pourraient plutôt causer des dommages.

En attendant que le Ministère dissipe les doutes en dévoilant les détails d’un plan d’applications de ces nouvelles mesures, je souhaite à tous une bonne année scolaire.

Tilou

PS: Merci de ne pas récupérer cette réflexion citoyenne à des fins purement politiciennes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *