Bestial !

Certains historiens expliquent l’indépendance d’Ayiti par les conditions des esclaves dans la colonie. Les souffrances et humiliations dont ils faisaient l’objet conduisirent logiquement à leur révolte.

Si c’est effectivement ce qui les a motivés, on ne devrait pas tarder à voir se révolter les animaux du pays.

Non…mais sérieusement! Les animaux n’ont vraiment pas la vie facile ici!

Bon, pour les cafards, maringoins, rats (Animal yo wi frè m’! Mwen pa nan politik!), mouches et autres bêtes nuisibles, je ne trouve pas cela trop choquant de leur donner la réplique dans les guerres qu’elles nous déclarent à longueur de journée.

Quant aux morpions, chiques, poux et autres agents infiltrés qui viennent espionner nos intimités, c’est même légitime d’être impitoyable envers eux.

Mais les autres….les pauvres autres….

Nos animaux de compagnie (en fait, il n’en ait que le chien) sont pour beaucoup de simples cibles pour se détendre un moment.

Un chien couché paisiblement à l’ombre d’un arbre ou dans un coin de mur sera presque surement brutalement réveillé par une pierre ou par un coup de pied, gratuitement assenés par un individu qui, subitement aura eu envie de s’essayer au lancé de poids ou au tir au penalty.

Le chat lui devient plus apprécié dans l’assiette du voisin que dans le salon ou la cour de son propriétaire.

Les animaux que nous apprécions pour leur chair sont encore plus maltraités. Nous ne nous contentons pas d’avoir à leur ôter la vie, nous persistons à les faire souffrir.

Regardez comment nous transportons les cabri, poule, pintade et autres bêtes « a ti figi« ! Je me garde d’en faire une description de peur d’attiser leur rébellion.

Le bœuf, lui, aurait pu être tranquille, mais il faut, de temps en temps, qu’un illuminé croit apercevoir, dans sa gueule, une dent en or qui l’identifierait à un monsieur prétendument lougarou et que la populace veuille, pour en avoir le cœur net, lui couper la tête.

Quant à l’oiseau, sa seule issue est de ne pas voler trop bas. Se pa vini l ki pou sove l.

Bon, on aurait pu prétendre, pour étouffer toute tentative de rébellion, que tout ceci ne vient que de quelques délinquants incontrôlables et qu’officiellement ordre a été donné de bien traiter nos frères animaux.

Mais, une fois en 2011, notre Ministre de la culture et de l’information d’alors ne s’est pas gardée d’officialiser ces pratiques en se montrant à la Télévision lors d’un cérémonie où l’on offrait en spectacle des hommes et femmes déchirant, littéralement, une poule. (Connue pour ses penchants féministes, elle a dû croire qu; il s’agissait d’un coq).

Ah…je vous le dis! Avec ce que nous leurs faisons, si les animaux ne se révoltent pas, c’est bien parce qu’ils ne sont pas des Hommes!

Tilou

1 commentaire sur “Bestial !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *