Etat de droit…et gauche! ( ou retour vers le futur)

Ah! Que de mauvaise foi, de méchanceté dans notre petit pays. À voir comment nous traitons nos hommes politiques, réellement, nul n’est prophète en son pays.

Et presque littéralement hein! On se trouve de temps à autre un messie qui, chantons-nous, va guérir tous nos maux. Eh bien, une fois que les portes de la maison lui sont ouvertes, on lui demande de partir. Pour ensuite se plaindre de son absence.

Ah, je vous dis… nos hommes et femmes politiques méritent un peu plus de gratitude.

Bon, il est vrai qu’ils commettent parfois de toutes petites bévues, mais qui est parfait? Et puis on les accuse de bien des choses avec mauvaise foi.

Tenez: on dit souvent qu’ils ne s’entendent pas et que chacun d’eux ne défend que ses propres intérêts. Pourtant je ne suis pas certain qu’il existe autant de fraternité dans la classe politique ailleurs qu’ici.

Ah oui! La première chose à quoi s’attèle un gouvernement Ayitien après sa prise de pouvoir, c’est de réhabilité le régime décrié qui l’avait précédé.

Ainsi, Le Coq travailla à construire une nostalgie du temps de La Pintade. Son marassa, lui ayant succédé, avait réussi l’exploit de le remettre en selle avec son régime végétarien. Des nos jours, l’équipe « boule à zéro » semble inciter les fanatiques de son devancier à donner de la voix, alors que le muet avait été pourtant banni de toute la population lors de son départ.

J’entends aussi certains se dire déçus. Déçus parce que les hommes et femmes politiques ne tiennent pas leurs promesses. Non mais… Là! Quel mensonge!

On devait se débarrasser de nos habitudes dictatoriales, de cette affaire de « Chef »! Comment, n’est-ce pas ce qui a été fait avec le démantèlement de l’armée. Euh, certains policiers sont appelés chef, mais ce n’est que par abus de langage. Quant aux militaires étrangers présents sur notre sol, c’est pour faire beau. Pour la parade.

Quant à l’état de droit que semble encore rechercher certains, on l’a depuis quelques vingt bonnes années. Ce qui ne sont pas d’accords ne sont qu’insatiables. Depuis quelques années donc, tout est permis sous le soleil d’Ayiti.

Chacun fait ce qu’il veut quand il veut où il veut. Que peut-on demander de plus. On a le droit de tout faire!

Nos hommes et femmes politiques sont peut-être dwategòch, mais ça nous a donné tous les droits.

Tilou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *